Innovations et traditions : Quel impact sur l’apprentissage ?

11486715

[L'introduction au débat vous est proposée par Myrna Gannagé et Jocelyne Gérard, professeurs à la Faculté des lettres et des sciences humaines]

La notion de tradition se réfère au poids du passé. Elle véhicule des valeurs et des certitudes. Comme le souligne R. Alleau dans l’article qu’il lui consacre dans l’Encycopédie Universalis, le mot « tradition » vient du verbe tradere, « faire passer à un autre, livrer, remettre ». En sélectionnant des éléments du passé et en mettant l’accent sur la transmission de ces éléments, la tradition est constitutive d’une mémoire vivante. Elle représente donc un ensemble de croyances, de rites et de coutumes qui permettent aux enseignants de s’identifier à la communauté universitaire.

Il ne peut y avoir d’innovation en rupture avec la tradition. Toute innovation met en œuvre une dialectique complexe entre novation et tradition.

Les hésitations, les avancées suivies de retour en arrière, les contradictions et les oppositions font partie du processus d’innovation, qui sans cesse doit cheminer entre continuité et rupture, en tenant compte des attentes des enseignants et des autres partenaires de l’université et plus largement de la société. Il est des idées innovantes qui ne passent jamais dans la réalité universitaire ou qui passent dans certaines disciplines et pas dans d’autres ; il est des idées jugées innovantes sur le moment qui s’avèrent néfastes sur le long terme.

Certes, il existe plusieurs visages de l’innovation : méthodes nouvelles utilisées dans les cours, changements de programme, cours à distance…Mais l’innovation ne comprend pas seulement les techniques nouvelles utilisées dans l’enseignement. La recherche joue un rôle essentiel au regard des innovations, qu’il s’agisse de recherche fondamentale qui contribue à faire avancer les connaissances sur les méthodes innovantes ou de recherche appliquée qui permet à chaque enseignant de réfléchir dans sa discipline sur sa propre pratique.

L’innovation est donc un processus complexe qui ne peut que s’inscrire dans une stratégie globale de notre université. Cette stratégie ne doit pas simplement donner à un système l’illusion qu’il se transforme. Pour aboutir et avoir un impact palpable sur l’apprentissage, elle doit tenir compte des préoccupations des enseignants et des étudiants et répondre à des attentes concrètes.

Le progrès ne se décrètera pas dans une sorte de schéma linéaire de l’innovation qui serait simple transmission d’un enseignant à ses étudiants de processus novateurs. Le soutien constant offert aux professeurs, la valorisation de leurs travaux, l’attention portée aux moyens mis à leur disposition pour perfectionner leur enseignement ne peuvent qu’améliorer la vie pédagogique et par conséquent la diffusion de l’innovation.

Nous tenterons dans le cadre de cet « espace discussion » de répondre aux questions suivantes :

  • Comment concilier la tradition et l’innovation dans un enseignement de qualité ?
  • Qu’est-ce qui dans la tradition peut être mobilisé pour soutenir l’innovation ?
  • Quels sont les facteurs permissifs de l’innovation dans notre université ?

Vos réflexions ne pourront qu’enrichir la discussion et apporter des éclairages très précieux aux membres du Laboratoire de pédagogie universitaire.

Merci d’utiliser le formulaire de commentaire ci-dessous pour poster vos réflexions !

Print Friendly

Catégorie : Débats / Discussions Suggérer un lien »