4 pratiques participatives simples pour le cours magistral

Posté le 11 janvier 2011 Laisser un commentaire »

Auteur :

Samir Hoyek – Faculté des sciences de l’éducation

Le Poster :

Image du poster de Samir Hoyek

1 – Le brainstorming

Intérêt ou objectif pédagogique :

  • Préparer le lancement d’une nouvelle notion
  • Explorer les représentations des étudiants relatives à une notion
  • Favoriser la construction d’un savoir structure.

Contexte / conditions :

  • Effectif de classe : Groupe moyen (30 à 40)
  • Type de cours : tous les types
  • Matériel nécessaire : tableau noir ou blanc
  • Local nécessaire : salle de classe ordinaire

Descriptif :

1er temps :

Demander aux étudiants de dire très librement, sans aucun esprit critique, tout ce à quoi s’associe la notion (la fonction ou le système) dans leurs têtes. Reproduire fidèlement au tableau tout ce qu’ils disent.

2e temps :

Leur demander de relever tout ce qui est sans lien avec la notion. Le barrer de la liste.

3e temps :

Leur demander de mettre toute la collecte en deux ou trios catégories (sous deux ou trois titres).

2 – Le minute paper

Intérêt ou objectif pédagogique :

  • Garantir la participation des étudiants au cours en leur imposant de revenir, individuellement, à son contenu.
  • Renseigner l’enseignant sur l’apprentissage de ses étudiants
  • Favoriser la construction d’un savoir structure.

Contexte / conditions :

  • Effectif de classe : Grand groupe (60aine)
  • Type de cours : tous les types
  • Matériel nécessaire : tableau noir ou blanc
  • Local nécessaire : salle de classe ordinaire

Descriptif :

Variétés d’activités visant à faire écrire les étudiants sur ce qu’ils ont compris ou non pendant un cours.

1er exemple (à la fin d’un cours) : Pendant 5 min., chaque étudiant note sur un papier 3 questions suscitées par la présentation de l’enseignant puis il discute avec son voisin les questions des deux. L’enseignant peut reprendre les questions auxquelles les étudiants n’ont pas su répondre. Il peut aussi reprendre les papiers et mettre en ligne ses réponses ou y répondre au cours suivant.

2e exemple (à mi-cours) : L’enseignant arrête sa présentation pour poser un petit problème à ses étudiants. Les élèves tentent d’y répondre individuellement d’abord, à deux ensuite. Puis, l’enseignant prend 1 à 3 réponses collectives données par des volontaires.

3e exemple (à la fin d’un cours) : L’enseignant demande aux étudiants de noter sur un papier les réponses à deux ou trois questions :

  • Quel a été l’élément le plus tuile pour vous durant le cours d’aujourd’hui ?
  • Quelle est la question qui vous trotte dans la tête après ce cours ?
  • Quel est le point le plus obscur de cette séance ?

Il peut tenter de répondre oralement à l’une ou l’autre de ces questions comme il peut leur demander d’y répondre en ligne (ainsi il pourra les consulter et y réagir plus tard).

Le Q.Sort

Intérêt ou objectif pédagogique :

Vérifier la compréhension précise d’une notion. Effectif de classe :

Contexte / conditions :

  • Effectif de classe : Groupe moyen (30 à 40)
  • Type de cours : Etude d’une notion ou d’un cas
  • Matériel nécessaire : Une fiche dactylographiée et un tableau (ou rétroprojecteur)
  • Local nécessaire : Salle de classe ordinaire

Descriptif :

1er temps :

Distribuer aux étudiants une liste comportant une 20aine d’affirmations relatives à la notion (fonction, système, etc.) étudiée et leur demander de choisir, individuellement ou à 2, les 3 (ou 5) affirmations avec lesquelles ils sont tout à fait d’accord et les 3 (ou 5) affirmations avec lesquelles ils sont en désaccord.

2e temps : Relever leurs réponses sur un tableau qui montre :

  1. les affirmations avec lesquelles tout le monde (ou la grande majorité) est d’accord
  2. les affirmations refuses par tous (ou par la majorité)
  3. les affirmations qui sont objet de litige.

3e temps : Animer un débat sur les affirmations qui sont objet de litige, débat auquel tout le monde est invité à participer et qui devra permettre de revenir sur les incompréhensions ou les compréhensions “approximatives”.

Une technique de synthèse

Intérêt ou objectif pédagogique :

  • Aider à faire la synthèse d’une partie du cours.
  • Aider à faire la synthèse de tout un cours.

Contexte / conditions :

  • Effectif de classe : Groupe moyen ou grand
  • Type de cours : Tous les types
  • Matériel nécessaire : Une fiche dactylographiée
  • Local nécessaire : Salle de classe ordinaire

Descriptif :

1 – Distribuer aux étudiants un tableau de colonnes. Dans la 1ère, on trouve soit des titres de chapitres, soit des noms d’auteurs, etc. Dans la 2e, on leur donne quelques mots clé les aidant à se rappeler le contenu. Dans la 3e, chacun des étudiants inscrira les idées importantes du chapitre ou de l’auteur.

2 – En groupe de 2 ou de 3, les étudiants compléteront leurs tableaux et mettront en lien les différents chapitres ou les différents auteurs.

Print Friendly