L’apprentissage expérientiel en travail social

Posté le 5 janvier 2011 Laisser un commentaire »

Auteur :

Soeur Noha DACCACHE (Ecole libanaise de formation sociale)

Le Poster :

Image du Poster de Soeur Noha DACCACHE

Présentation :

Mettre en évidence l’apprentissage expérientiel appliqué dans la formation par la pratique des travailleurs sociaux. L’innovation réside dans une approche centrée sur l’étudiant acteur de son apprentissage dans le cadre des stages de formation au travail communautaire, tant urbain que rural. Cette démarche exige un type d’accompagnement facilitant l’analyse réflexive, l’adaptation de la théorie aux besoins de la pratique ainsi que l’immersion dans une réalité sociale contextuelle. Ce stage hors murs requiert des conditions tant psychiques (le stress de la vie en collectivité, le changement d’habitudes et de culture,collaboration avec des acteurs non professionnels, etc.) que matérielles (résidence sur le lieu de stage, etc.) pour sa réalisation.

Les principaux apprentissages portent sur le savoir-etre dans le savoir-agir.

Contexte :

Etudiant (es) de 3ème année en Travail social communautaire urbain et rurale.

Objectifs de cette pratique :

Permettre à l’étudiant de vivre une expérience d’action communautaire à partir d’une immersion dans la réalité et de suivre une démarche personnelle et collective d’apprentissage.

Outils utilisés :

  • Manuel de stage.
  • Journal de bord.
  • Grille d’observation de lecture et d’analyse.

Etapes de la mise en place :

  1. Contact avec les terrains pour la recherche de conditions favorables et de partenaires coopérants.
  2. Informations des leaders locaux formels et informels.
  3. Séjour des étudiants et accompagnateur sur le lieu de stage et élaboration des projets avec la population.
  4. Rédaction du rapport de stage.

Evaluation de la pratique :

  • Cette pratique consolide les liens théoriques pratiques.
  • Elle est source d’apprentissage intarissable.
  • Economise du temps et de l’énergie.
  • Dynamise les cours.
  • Motive les étudiants.
  • Renforce le savoir-être par le savoir-agir.
  • Et enfin, ouvre l’université sur la réalité du pays.
Print Friendly