Conception de protocoles de prise en charge

Posté le 3 janvier 2011 Laisser un commentaire »

Auteur :

Gemma MATTA (Institut de psychomotricité) – Imane KHOURY EID (Institut de psychomotricité)

Le poster :

Image du poster de Gemma MATTA/Imane KHOURY EID - Innover & Enseigner 2011

Présentation :

L’étudiant est amené à concevoir un modèle d’intervention psychomotrice spécifique suivant des bases méthodologiques et théoriques. C’est ainsi à partir d’une expérience pratique que l’étudiant regroupe des connaissances théorico-pratiques et les élabore sous forme de protocole de prise en charge en adoptant la méthodologie du plan ABA.

Le but n’étant pas uniquement de collecter et d’organiser des informations mais surtout d’innover au niveau de la pratique existante. Le protocole élaboré est testé au Centre de Diagnostic et de Soins en Psychomotricité (CDSP) et les modèles pertinents sont sélectionnés pour être testé par d’autres professionnels exerçant sur le terrain dans le but de valider leur efficacité. Une éventuelle publication est envisagée.

Le travail est innovant dans la mesure que ce type de protocole n’existe pas ou peu au niveau national et international. Il a également l’avantage de rendre plus scientifique la pratique et de commencer à créer une base de données théoriques reflétant la pratique.

Contexte :

L’application du protocole de prises en charge est proposée aux étudiants en master de psychomotricité, dans le cadre de leur stage au Centre de Diagnostic et de Soins en Psychomotricité (CDSP).

Chaque étudiant est amené à concevoir un modèle d’intervention psychomotrice spécifique, suivant des bases méthodologiques et théoriques. Le protocole élaboré est testé au CDSP et les modèles pertinents sont sélectionnés pour être testés par d’autres professionnels exerçant sur le terrain dans le but de valider leur efficacité. Une éventuelle publication est envisagée.

Loin d’être uniquement une collecte et un regroupement d’informations, ce travail a pour but d’innover au niveau de la pratique existante. En tant que profession paramédicale, la psychomotricité est amenée à suivre la mouvance mondiale en matière de sante publique qui mettent l’accent sur l’aspect scientifique des recherches et sur l’augmentation des études consacrées à la qualité et à l’efficacité des soins.

Ce protocole est proposé aux étudiants afin de répondre à plusieurs besoins :

  • Elaborer des modèles d’intervention liés aux spécificités de chaque patient.
  • Eclaircir la pratique professionnelle et la rendre plus scientifique.
  • Prouver l’efficacité et la qualité des prises en charges utilisées.
  • Evaluer les pratiques professionnelles et les procédures utilisées.
  • Commencer à créer une base de données théoriques reflétant la pratique, surtout que les protocoles d’interventions psychomotrices n’existent pas ou peu sur le plan national et international.

Innover & Enseigner 2011 :

Cette pratique a été présentée lors de l’événement Innover & Enseigner 2011, le 11 février 2011 à l’USJ.


Objectifs de cette pratique :

Par rapport à l’élaboration de nouvelles techniques d’intervention :

  • Innover dans les techniques d’intervention, en recherchant l’originalité et la nouveauté.
  • Elargir le choix au niveau des procédures mises en œuvre.
  • Maitriser la méthodologie nécessaire pour mettre en place des protocoles de prise en charge.
  • Expliciter les techniques utilisées, c’est-à-dire les décrire objectivement, afin de les rendre reproductibles par d’autres professionnels.

Par rapport à l’évaluation de la pratique professionnelle :

  • Evaluer les prises en charge : En établissant un protocole clair et ciblé, l’étudiant peut mesurer et apprécier sur une base objective, l’efficacité des techniques utilisees.
  • Sur le plan clinique, ceci permet de percevoir en un laps de temps limité l’efficacité ou non de l’intervention, et de réajuster ou changer la procédure utilisée au besoin.
  • Réduire les prises en charge très longues et cibler son intervention.

Par rapport au domaine de la recherche :

  • Réfléchir sa pratique professionnelle.
  • Mettre en place des études scientifiques avec un nombre restreint de patients.
  • Développer des études contrôlées portant sur l’efficacité des techniques et méthodologies utilisees.

Etapes de la mise en place :

Afin de concevoir un protocole de prise en charge, l’étudiant est amené à suivre une méthodologie rigoureuse :

  • A partir d’un cas pratique, il s’agit de sélectionner une dimension spécifique à étudier.
  • Définir la problématique et émettre les hypothèses de travail en ciblant les variables à étudier.
  • Recueillir les bases théoriques pour une meilleure précision des concepts utilisés.
  • Traduire les hypothèses théoriques en leurs implications pratiques et empiriques en mettant au point le protocole de prise en charge :
    1. Décrire le contenu et la progression des séances.
    2. Définir la durée prévisionnelle du protocole (en moyenne 12 séances).
    3. Définir la fréquence des séances/semaine.
  • Appliquer le protocole établi suivant la méthodologie du protocole à cas unique (plan ABA)
    1. Le niveau A permet d’établir une ligne de base initiale grâce au bilan de départ.
    2. Le traitement B c’est l’application du protocole.
    3. Le niveau A c’est la seconde évaluation effectuée à la fin du protocole (bilan d’évolution)
  • Récolter des observations au fur et à mesure de chaque séance.
  • Interpréter les données recueillies pour ré-cerner le lien ou l’absence de lien causal entre les variables du départ et analyser les effets du protocole de prise en charge.

Evaluation de la pratique :

L’élaboration de protocoles de prise en charge a amené les étudiants à mettre au point des moyens d’interventions spécifiques, orientés vers des objectifs précis et réalistes et à développer leur créativité quant aux procédures utilisées.

Print Friendly